chez ptipois

It's only food, folks!

04 juin 2005

Avec Pim chez Gagnaire

   

Par un très heureux concours de circonstances, Pim et Ptipois se trouvaient hier soir à la même table chez Pierre Gagnaire. Un moment de bonheur dont nous nous souviendrons longtemps, tant pour les délices de la compagnie que pour les merveilles goûtées.
C'était la première fois que je rencontrais Pim et la première fois que je mangeais chez Gagnaire. Deux premières fois, deux vœux à faire. Merci au hasard des voyages et des retours qui a rendu ce dîner possible et à l'existence de l'e-mail qui m'a permis de joindre Pim à Paris. Et merci à Pierre Gagnaire, royal et rayonnant ce soir-là, qui nous a confectionné un menu selon son inspiration.
Une seule photo, et de mauvaise qualité. Il y a des salles de restaurant où l'on photographie, d'autres non. Ça se sent, c'est ainsi. Voici toutefois un des éléments du grand dessert de M. Gagnaire, véritable attaque aérienne qui nous vit cerner en quelques secondes d'une demi-douzaines d'assiettes.

_users_sophieb_desktop_photos_gagnaire

Ici, tuile au sucre muscovado, coulis de poivron rouge, dés de concombre, chocolat blanc.
Sur la cuillère : fraises des bois liées d'une petite gelée.

Je renonce à décrire les plats, tous remarquables, certains extraordinaires : je retiens un trio de sardines (trois préparations différentes : grillée (au soja je crois), escabèche, crue) éclatant de goût, un homard quasi cru (c'est comme ça que je l'aime) dans un coulis à l'araignée de mer, un service fromage paradisiaque (petit croque-monsieur de pain noir au bocconcino de mozzarella, au beaufort et à la tomate, gelée de champagne au bleu des Causses, impossible de n'avoir plus faim pour le fromage dans ces conditions).
Un conseil pour ceux qui n'ont pas encore fait l'expérience : le jour d'un dîner chez Gagnaire, il faut se dispenser de déjeuner. La générosité des plats est incroyable. Nous en étions encore aux services poisson (nous avions d'ailleurs cessé de les compter) que nous calions déjà. Nous nous sommes demandé avec un certain effroi (gourmand) combien de services viande suivraient. Il n'y en eut qu'un, mais il y avait ensuite les fromages et les desserts. Un repas chez Gagnaire est une gourmandise jusqu'à ses deux tiers et un péché pendant tout le tiers restant.
Si je devais résumer, d'après le dîner d'hier soir, cette cuisine, j'insisterais sur sa délicatesse, sa poésie et sa miraculeuse unité de style. La salle est belle, le service sexy et amical, l'ambiance générale est érotique — je ne trouve pas d'autre mot.
Pour rester dans la grâce et la gourmandise, ne manquez pas la description sur le blog de Pim de son dîner chez Camdeborde.

_users_sophieb_desktop_thepotofshame

Pourquoi Pim appelle-t-elle cet innocent pot à yaourt "le pot de la honte" ?
Vous le saurez si vous vous rendez sur son blog.

Posté par Ptipois à 14:38 - Restaurants et autres lieux de perdition - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    hello

    C'est par un heureux hasard (a travers le site de Pim) que je me suis rendu compte que tu avais ton propre blog. Quel plaisir a lire!!! je suivrais avec interet...

    Omar aka zeitoun

    Posté par zeitoun, 10 juin 2005 à 22:27

Poster un commentaire