chez ptipois

It's only food, folks!

28 mars 2006

Bonnes fréquentations

Mon ami Edmonzzz, celui des points de vue et images d'Edmond, a de bonnes fréquentations. Peu de liens sur son site mais rien que de la qualité (il y en a un vers Chez Ptipois, évidemment). Grâce à lui je viens de découvrir le blog d'aboli bibelot, et je me régale. Il y a en particulier un hommage au site Consanguin, lequel est une visite guidée — un poil verbeuse et indulgente, mais instructive — du petit zoo fachoïde de la blogosphère (les "hautetfronts", comme dit AB). Tout le blog est un régal, mais la description du Stalker ("qui écrit comme le maire de Champignac fondu au ratafia") ne peut que déclencher une saine hilarité. Merci Edmonzzz !
Autres bonnes fréquentations : ceux qui fréquentent ce blog. Aujourd'hui, le moral se relève, et les commentaires laissés hier par Mercotte et Fabienne n'y sont pas pour rien. Encore merci.
Sinon, résumé des événements marquants de la journée.
1. Ça y est, j'ai rempilé pour un autre bouquin (à suivre).
2. Je signale aux innombrables foodies qui me lisent que j'ai trouvé un remarquable blue stilton au Monoprix Beaugrenelle ce matin. vendu en grandes tranches rondes que l'on peut débiter en quartiers, ce qui laisse à ce fromage divin son fondant remarquable. Il est délicieux, sur un petit jerez, un porto bien élevé ou, mieux, un madère. Qu'on se le dise, il y a du stilton près du front de Seine.
3. Demain, à la même heure, mais à deux endroits différents, auront lieu les lancements respectifs du dernier livre de Cyril Lignac (auquel j'ai beaucoup participé) et de mon dernier livre à moi. Évidemment, ne pouvant me diviser en deux, je ne pourrai que traverser brièvement le premier événement afin de me rendre sans retard au second. Cette coïncidence me fait réfléchir. À quoi ? À rien, finalement. Juste au fait que les services de presse choisissent parfois des dates qui ne nous arrangent pas.
4. Sortant du Monoprix Beaugrenelle déjà chargée de victuailles, je piétine jusqu'à la rue des Entrepreneurs, où se trouvent quelques épiceries iraniennes. J'ai l'intention d'acheter des raisins secs allongés — doux, parfumés, miellés, les meilleurs raisins du monde — et du riz basmati de qualité iranienne, c'est-à-dire exceptionnelle. J'annonce tout de suite la couleur au commerçant : "Je suis venue chercher plusieurs choses, alors je visite et je vous demanderai après." Je ne suis pas déçue : sacs de riz aux longs grains d'albâtre, fruits secs parfumés, petits gâteaux aguicheurs, épices, miels, confitures... Je reconnais de délicieux petits gâteaux à la farine de riz, mais je suis trop chargée pour les emporter cette fois. Mon regard tombe sur quelque chose de cristallin et de doré, et je découvre du sucre candi aux filaments de safran. Je suis émerveillée, je dis tout haut : "C'est magnifique !"
— Il y a, me répond le commerçant, tant de choses magnifiques dans notre culture. Quel dommage qu'on nous ait imposé le régime des mollahs. Pour des raisons économiques, bien entendu.
— Il n'y a guère d'autres raisons pour imposer des régimes, lui dis-je.
— Oui, il y a la population du monde, et il y a ceux qui ont le pouvoir et qui profitent. Quand vous aurez fini de nous compliquer la vie, vous Occidentaux...
— Vous avez raison.
— Mais attendez", corrige-t-il, croyant à tort m'avoir blessée. "Vous et moi, nous sommes de la même population. Nous faisons partie de la population du monde. Et vous comprenez ce que je veux dire. Et je vous aime comme représentante de la population du monde !
— Moi aussi je vous aime", lui dis-je en ramassant le sac de 5 kilos de basmati premier choix que je m'apprête à emporter à la maison. Un riz dont je pense vous donner des nouvelles sous peu.

Mais qu'est-ce que j'entends ? Vous vous en tapez, de mes dialogues d'amour réciproque avec des épiciers persans ? Vous me scandez des photos ! des photos ! et à manger ! à manger ! sur l'air des lampions ? Bon, d'accord. Elles ont été prises hier soir dans un restaurant chinois du boulevard de l'Hôpital, spécialisé dans la cuisine du Shandong, en compagnie de deux foodies assermentés. C'était bon.

intestins_de_porc

Intestins de porc sautés aux épices et aux poivrons. Savoureux, fin, tendre, chaleureux, délicieux.

nouilles_s_same

Nouilles froides (en réalité tièdes) à la pâte de sésame, à mouiller soi-même d'un consommé chaud. Derrière le grand bol, vous pouvez apercevoir des liserons d'eau sautés.

soupe2

Je vous garde le plus spectaculaire pour la fin. Soupe aux rognons de porc et au chou chinois. Magnifique plat, furieusement épicé (huile de chili + poivre du Sichuan, utilisé en abondance dans la cuisine du Shandong = ça dépote). L'huile de chili conserve tant la chaleur qu'il est difficile de manger cette soupe. Quand on y arrive enfin, on se demande quelle est précisément la chose qui vous arrache la gueule : la température effective du bouillon, le chili bien rouge ou le poivre du Sichuan ? Un plat pour hiver très froid, aucun microbe n'y résisterait : cette soupe a de quoi ratiboiser n'importe quelle grippe, aviaire ou non.
En bas, à gauche, deux raviolis de bœuf et de céleri vert à la vapeur montrent leur petit nez. Derrière le bol, vous pouvez voir quelques calmars frits (dans une pâte légère rappelant le tempura), servis accompagnés d'une coupelle de poivre du Sichuan moulu mélangé à du sel.
Sinon, à part ça, le dernier Donald Fagen, Morph the Cat, est très bien.

dfagen

Posté par Ptipois à 00:37 - Miscellanées - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

  • Outre que je remercie Ptipois pour son tressage de lauriers (réitéré), je dirais deux choses. Comment ça, non ? Mais laissez-moi parler, nom de Dieu !

    D'abord, un scoop furieux : aboli bibelot a l'intention de tourner un film (avec ma caméra en plus) et Edmonzzz, dans sa grande bonté, lui a fourni un synopsis.

    Comment ça, vous vous en foutez ? Euh ... Bon, alors, avant que j'oublie, la deuxième chose : Il faut quand même un sacré courage pour lire le Stalker au delà de la 5ème phrase. Mais il fait des émules : dans le numéro de Atchoum (que je n'avais pas en thailande, remember), il y a une version femelle du Stalker, moins joufflue, certes, mais tout aussi pénible.

    Posté par edmond, 28 mars 2006 à 11:36
  • C'est quoi le theme de ton dernier livre?

    Posté par texmex, 28 mars 2006 à 13:49
  • Edmond :
    Je vois tout à fait de qui tu veux parler. Le prénom commence par un S et le nom par un V ? Comme Stalker femelle, je ne vois à peu près que ça. Un grand moment. Elle plaît beaucoup aux néo-Godefroy de Bouillon en petit slip qui sévissent sur la blogosphère et dont on trouve tous les liens sur Consanguin.
    Sinon, tu as bien dit la cinquième phrase ? C'est trop gentil. Cependant, il est une occasion où le Stalker devient lisible, c'est quand il se fout de la gueule des autres fachos (genre Pierre Cormary), et là il ne reste plus qu'à se verser un porto, à allumer un cigare, à se caler les fesses dans son voltaire préféré, et à savourer.
    J'espère que tu n'as pas jeté ce numéro d'Atchoum, j'aimerais y jeter un coup d'œil en évitant de l'acheter, si possible. Autrement je ne me tiens pas très au courant. Ils ont sorti un autre numéro ?

    Posté par ptipois, 28 mars 2006 à 17:16
  • Texmex :
    Le végétal. Fruits, légumes, racines, graines, fleurs, etc. Chez Minerva, ça sort ces jours-ci.

    Posté par ptipois, 28 mars 2006 à 17:17
  • Scoop

    Ah oui, Edmond. Toutes mes félicitations, et tous mes encouragements, pour cette entreprise cinématographique commune. Tant qu'il n'y a pas Valeria Bruni-Tedeschi dans le casting, tous les espoirs sont permis. À moins que ce ne soit sur le mode du remake (genre "Mothra contre Valeria Bruni-Tedeschi", ce qui serait du plus haut intérêt).

    À propos de Murène Lapine, pardon, Lapone, qui a entendu la chanson de Philippe Katerine sur cette personnalité médiatique ?

    Posté par ptipois, 28 mars 2006 à 17:20
  • Oui, c'est tout à fait ça. C'est bien SV. Infernal. Au bout de 3 mots, on a déjà envie de jeter le truc. Terrible. Le problème c'est que tout Atchoum (que je n'ai pas jeté mais qui est je ne sais où) est du même tonneau. A coté de ça, le defunt Metastase était primesautier et pimpant.

    Posté par edmond, 28 mars 2006 à 18:22
  • Ouhaou du blue stilton à Monop ! dommage que je ne sois pas à Paris, moi je dois aller à Thonon les bains chez le fameux Boujon pour en trouver !
    Bravo pour tes productions chez Minerva, je vais guetter, je ne savais pas!

    Posté par mercotte, 28 mars 2006 à 20:07
  • Heureux de voir que ça re-poste ici !!

    Bises la miss !

    et pour le dernier Fagen, je confirme : excellent !

    Posté par Christian, 29 mars 2006 à 09:34

Poster un commentaire