chez ptipois

It's only food, folks!

10 avril 2007

Passage du Prado

Un des quartiers les plus passionnants de Paris s'étend entre la gare de l'Est et les Grands Boulevards. Il n'a pas beaucoup changé au fil des années, je trouve même qu'il s'améliore. Différentes communautés se le partagent  : kurde, turque, maghrébine, indo-pakistanaise, chinoise, et quelques pas plus à l'est (boulevard de Sébastopol), afro-antillaise, avec salons de tressage, vente en demi-gros de produits capillaires et un des rares restaurants sichuanais de Paris. La rue du Château-d'Eau a encore ses magasins yougoslaves, présents depuis des générations, et rue du Faubourg-Saint-Denis se trouve une des épiceries fines (Ronalba) les plus intéressantes et les moins chères de la capitale. Ne cherchez pas plus loin pour le vin cotnari grasa de Roumanie, produit depuis le XIVe siècle, le vinaigre balsamique à prix raisonnable, le vrai paprika de Hongrie sans tralala ou les piments d'Espelette frais en saison. Mais passons sur ces considérations foodie, bien sûr on ne va pas tarder à y revenir. Nous avons pour l'instant à causer architecture.

fbsd

Dans ce quartier, depuis bien longtemps, les murs parlent. Affiches politiques kurdes, annonces de concerts turcs ou africains… Hier j'ai constaté l'existence de deux magasins de musique kurdes, témoignant d'une implantation sereine : quand on peut se concentrer sur la musique, c'est que le moral ne va pas trop mal.

"Oui, mais au fait, tu connais le passage du Prado ?
— Non."
Quelle chance, je vais pouvoir faire connaître cette merveille à quelqu'un ! Et ce avec l'assurance d'un effet de surprise d'autant plus vif que, de l'extérieur, ce passage n'a l'air de rien. Oui, à proprement parler : de rien. Mais une fois à l'intérieur, c'est la claque.

prado1

Ce somptueux passage art-déco abrite des pizzerias et des salons de café turcs, des magasins de DVD indiens, des gargotes-pâtisseries pakistanaises, des barbiers, des salons de coiffure dont un indien avec un énorme portrait de Sharukh Khan au-dessus de la façade, et même un restaurant mauricien qui n'a pas l'air mal et qu'il faudra essayer un jour. Bref, le passage est à lui tout seul un résumé du quartier, sous une splendide verrière totalement cradingue, ornée d'étonnants panneaux décoratifs en verre transparent enchâssé dans des moulures 25. Toute l'année, à toute heure, de tout temps, la lumière est superbe malgré la couche de crasse qui recouvre les éléments plafonniers. Ou peut-être y contribue-t-elle ?

prado03

Constat : on va passage du Prado manger une plâtrée de riz et un curry de pois chiches accompagnés d'un chatni vert fluo, se faire faire une coupe bien à ras, refaire le plein en DVD de comédies musicales indiennes (hier, 3 pour 10 euros, toutes avec Sharukh Khan bien entendu), grignoter un lahmacun, discuter le coup en égrenant son chapelet oriental, faire une partie de trictrac devant un café turc, mais on s'y promène rarement. Et pas l'ombre d'un touriste, évidemment. Qualifiez-le de crade, dites-le louche ou glauque si vous voulez, le passage du Prado est une mine d'or, un trésor artistique et social, un écosystème délicat, et je vous serais reconnaissante de ne pas me le bousiller en y débarquant en délégation pour vérifier si ce que je dis est vrai. Soyez discrets. Venez seul ou à deux. Ne troublez pas l'équilibre fragile de ce lieu encore préservé.

prado2

Oui, pour combien de temps encore je ne sais pas, mais ça fait déjà une paye que ça dure et j'aimerais bien que ça dure encore un peu. C'est à ma connaissance le seul passage de Paris, à ce niveau de beauté architecturale, qui n'ait pas encore été cureté, vidé, gratté, écaillé, aseptisé, blanchi, embourgeoisé et converti en galerie marchande pour rupins. Ah, c'est sûr, un coup de plumeau sur les verrières ne ferait pas de mal. Mais n'en faites pas trop, s'il vous plaît. Ne me tuez pas mon passage, ne me le gentrifyez pas, n'en chassez pas les pizzaiolos turcs ni les barbiers indiens, n'y installez pas de boutique Jean-Paul Gaultier, de rédaction de magazines fashion, de boutique Annick Goutal qui sent la poule de luxe, de comptoirs de design thaïlandais. Non que j'aie rien contre ces choses, je vous l'assure, mais laissez-nous au moins celui-ci. Passez-y un coup de chiffon si vous voulez, mais ne nous le changez pas, par pitié.

prado05

Sans compter que si le caudillo des Hauts-de-Seine est malencontreusement élu, je pense que le passage aura du souci à se faire (il ne sera d'ailleurs pas seul). Le karcher n'est pas loin. Comme tout le monde, je subis le matraquage lancinant des sondages, et bien que je tienne le coup depuis aussi longtemps que vous, je commence à faiblir. Je sais bien ce que valent les sondages, surtout avec Sarko chef des RG il y a encore peu de temps (et je ne suis pas du tout certaine que son départ y change quoi que ce soit), mais à force de résister intérieurement je me sens à présent proche du craquage. Vivement que cette campagne soit finie, bien qu'à la vérité je redoute de plus en plus cette échéance.

pilau

Il ne sert à rien de ruminer de tristes pensées, mais il faut dire que ces temps-ci, entre le crâne de piaf texan qui se prépare à bombarder l'Iran et le fait que personne sans doute ne parviendra à l'en empêcher, ça craint. Heureusement, une petite assiette de pilau sucré, non commandée, arrive sur notre table à la fin de notre repas dans la gargote pakistanaise. Un cadeau. Tout le monde dans le restaurant a la sienne. Multicolore, savoureux, imprégné de ghee et d'une bonne odeur de cardamome, ce petit plat ressemble à un discret encouragement à ne pas perdre l'espoir.

Posté par Ptipois à 18:21 - Paris - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

  • De passage...

    De passage sur votre blog en cherchant des infos sur le passage du Prado à Paris. J'ai adoré votre description et j'ai adoré aussi ma visite de ce passage exotique et beau. Bravo pour le rendu de vos photos et bonne continuation.

    Posté par vero passage, 22 février 2008 à 14:16
  • Passage Prado

    Ok il faut le laisser avec son âme ce passage mais un petit coup de propreté ne lui ferait tout de même pas de mal et mettrait en valeur cette petite merveille architecturale. Vous appelez ça la propreté "bobo" mais pour l'instant c'est plutôt crade et pas très rassurant !

    Posté par MarieM, 08 février 2011 à 06:43
  • Passage Prado

    J'aime bien aussi l'ambiance qui règne dans ce passage populaire, j'espère également qu'il ne sera pas envahi de bars à sushi aseptisé, de terrasses branchouilles et de galeries d'art.
    Par contre la dernière fois que j'y suis passé pour prendre des photos tout le monde me regardait bizarrement, du coup j'ai du me contenter de prendre en photo la verrière.

    Posté par Gavroche, 13 octobre 2011 à 23:39
  • Drôle, j'habite tout proche et passe très souvent devant sans m'y aventurer à l'intérieur. Je crois que c'est un des rares passages que je n'ai pas pris encore mais ça ne va pas durer !

    Posté par Sophie, 11 avril 2007 à 20:34
  • Images superbes

    Merci pour les images je voyage sur le web c'est mieux que pas du tout!
    Une québécoise!

    Posté par Miss Bebop, 11 avril 2007 à 20:41
  • Je ne connaissais pas ce passage, merci !

    Posté par Fabienne, 11 avril 2007 à 22:29
  • Je l'aime beaucoup aussi, je n'habite pas très loin. En fait, c'est un des coins de Paris qui me fait penser à ... Marseille, à cause du nom certainement mais à cause de l'ambiance un peu décatie. Le passage Brady est un peu dans le même état quand même, le passage du Caire a été refait de l'extérieur mais l'intérieur est resté dans son jus... Tu l'auras compris, j'adore les passages, c'est la lecture des surréalistes qui m'en a donné le goût, ils sont un peu l'âme d'une certain Paris.

    Posté par Ester, 12 avril 2007 à 09:54
  • MERCI

    oui merci. pour ce play-doigt-yé dont je partage entièrement les inquiétudes. Par contre le coup de carcher bobos sur les autres passages, je trouve ça moyen: ça fait des années que le passage verdeau et le passage jouffroy ont été restaurer (je suis arrivé à paris en sept. 8 ensuite oui ok c'est à cause de gaultier que la galerie vivienne à été refaite mais je vais pas refaire l'histoire, simplement rappeller ici que ces passages (plus que ceux du 10 et 11eme) drainait à la fin du 19eme (moment où ils apparraissent) des coccottes et des bourgeoises, des amateurs d'arts et des enfants au théatre de marionettes et la société spirite (entre autre). Que aussi, le passage des panoramas est pas mal décrépie lui aussi et que le passage choiseul est totalement improbable dans sa "composition marchande" (c'est le passage de mort à crédit, celui par qui tout commença pour moi. C'est vrai que le passage vero dodat est trop propre quand on l'a connu délabré... bon bref: ça m'a donné au moins l'idée de faire l'inventaire des passages parisiens dans mon chouette guide MOLESKINE avec les calques pour plans (vendu avec) parceque c'est ZE truc TO DO loin devant le sacré coeur ou l'éfailtower.
    LE SAVIEZ VOUS: ont les appelles des "traboules", c'est dans le premier guide que j'ai acheté en arrivant et que je vous recommande à tous: "le guide du paris mystérieux" ed. Tchou =
    http://www.amazon.fr/Guide-Paris-mystérieux-François-Carradec/dp/271070322X

    NB/ les posts sur Apple Farm sont superbes et frais. Un smoothie au radis peux etre ? anyone ?

    Posté par AMG, 17 avril 2007 à 10:15
  • Je sais bien que ça fait une paye que les passages dont tu parles ont été restaurés. Je n'ai jamais dit qu'ils l'avaient été au Karcher. Ça ne m'empêche pas de redouter avec quelque raison un prochain curetage artistique et humain du passage du Prado, ce n'est pas de la SF, c'est un risque. Quant aux autres passages, que dire sinon que je les aime pas trop clean ? Que la réhabilitation du passage du Grand Cerf avec ses boutiques bien sous tout rapport me plaît beaucoup moins que la composition marchande "improbable" du passage Choiseul ? Moi j'aime que les choses vivent, qu'elles soient un peu bordéliques, et je me méfie des couches de vernis trop bien appliquées.

    Posté par ptipois, 17 avril 2007 à 11:23

Poster un commentaire