chez ptipois

It's only food, folks!

01 août 2009

Enfin !

doisy

Ça faisait une paye, n'est-ce pas ?

Cette bouteille défunte de château-doisy-daëne 1971 bue hier chez Dumonet, rue du Cherche-Midi, signifie ce qu'on peut en attendre : quelque chose a été fêté hier au déjeuner. Plusieurs choses en vérité : divers retours de pays lointains, y compris pour moi, longtemps exilée du monde extérieur et de la mise à jour de ce blog par un projet d'enquête et d'écriture qui m'a réellement bouffé tout mon temps depuis le début du mois de février. Ce projet porte sur certains illustres vins de Bordeaux, comme les plus attentifs d'entre vous l'ont deviné à l'examen des rares posts que j'ai produits pendant cette période. C'est sûr que je mets à jour plus régulièrement quand je suis en Chine à bayer aux corneilles et à gober l'air du temps. Le sujet du livre explique que, les derniers textes version anglaise n'ayant même pas encore été envoyés, j'aie décidé de mettre à mort collégialement un flacon d'un de ces nectars qui m'ont tant occupée textuellement pendant six mois. Et comme nous avions soif, ce flacon-ci a été suivi d'un château-lafaurie-peyraguey 1983. Je vous rassure, ce sont des demi-bouteilles.
Les vins se sont bien comportés, le doisy-daëne surprenant par la persistance et l'accentuation de ses notes d'écorce de citron et de cette "pseudo-fraîcheur" dont me parlait son auteur, Denis Dubourdieu, en avril dernier. Ce vin de trente-huit ans d'âge gardait une jeunesse étonnante. Le lafaurie-peyraguey, lui, avait mis le booster sur ses notes de vanille Bourbon et montrait une évolution magnifique.
Je marche un peu sur des œufs en reprenant la mise à jour de ce blog, car ce premier post depuis bien longtemps sera forcément décousu en raison de la longue période qui s'est écoulée. J'ai une grande histoire à raconter et elle ne peut être consignée sur un blog, à moins que j'en crée un autre et que chaque nouveau post représente un nouveau chapitre. Je ne peux pas faire de récit cohérent de tout ce que j'ai vécu pendant ces six mois. Je ne ferai que vous présenter sommairement quelques étapes, dont certaines seront peut-être le point de départ de développements ultérieurs.

dumonet1

Avec les sauternes, j'ai commandé un foie de veau, que je poste ici pour le plaisir. Dumonet, c'est bien. (Chez Dumonet-Joséphine, 177 rue du Cherche-Midi, Paris 7e.)

lafaurie_P

Début juin : j'étais dans les vignes de la terrasse supérieure de Sauternes en compagnie de mes camarades de Jing Tea Shop qui étaient venus se joindre à moi pour organiser quelques dégustations de grands thés dans les châteaux. Ici, les vignes de Lafaurie-Peyraguey.

eric

Éric Larramona, dans les vignes de Lafaurie-Peyraguey, nous aide à comprendre le terroir et le vignoble.

guiraud

Dégustation de thés Feng Huang dan cong au château Guiraud (Sauternes).

grenadier

Une fleur de grenadier dans le jardin du Saprien (Sauternes).

saprien

Un verre de château-coutet au restaurant le Saprien : la dégustation des grands thés du Guangdong nous a donné faim. Et soif.

yquem2

Au château d'Yquem, un des gaiwan de la dégustation.

yquem1

À l'entrée du château d'Yquem.

bontemps1

Au château Lafite-Rothschild : retrouvailles chaleureuses avec Michel Tesseron (château Lafon-Rochet, grand cru classé de Saint-Estèphe), en grande tenue la Commanderie du Bontemps.

bontemps2

Mais qu'est venue faire la Commanderie à Lafite ce jour de début juin ? Présider et arbitrer le concours de dégustation des grandes écoles européennes. Un grand moment. L'immense Chai 2000 (Ricardo Bofill, 1987) est éclairé exclusivement à la bougie, l'oculus zénithal est obturé.

bibimbap

Retour à Paris : salade de nashi et de concombre aux crevettes au restaurant Bibimbap, 32, boulevard de l'Hôpital (Paris 5e).

Aurillac1

Un peu plus tard, au tout début du mois de juillet, les Européennes du Goût se déroulaient à Aurillac. Les tables étaient dressées sur les bords frais de la Jordanne.

aurillac01

Dégustation-démonstration de vins doux naturels du Roussillon à Aurillac.

aurillac2

Les échansonnes (je ne sais pas si ça se dit mais ça leur va si bien.)

tarte

Retour à Paris. Je fais encore une tarte aux pêches pour l'Absent. Celle-ci a été faite avec une pâte ultra-légère, croustillante, des amandes et une espèce de streusel çà et là. Ce genre de préparation tient davantage de l'offrande religieuse que de la convivialité.

caius

Juste avant les vacances du restaurant Caïus, Jean-Marc Notelet teste sur moi quelques nouveaux plats. Verdict : à chaque fois que je vais chez Caïus, c'est encore meilleur que la dernière fois. Un chef à la fois inventif et qui pense avant tout à faire à manger, c'est rare, il faut le soigner. Voilà qui fait penser à la rentrée mais nous n'y sommes pas encore. Caïus, 6, rue d'Armaillé, Paris 17e.

À bientôt. C'est promis.

Posté par Ptipois à 23:08 - Propos de table - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

  • c'est bon de te relire.Doisy Daëne et Caïus, sont des choix qui font vibrer mes papilles aussi...

    Posté par Gamelle, 02 août 2009 à 10:24
  • La tarte aux pêches pour l'Absent était un grand moment, comme votre retour; par contre Caïus un soir de juin était très décevant, triste, froid, pas bon, j'étais déçue.

    Posté par patoumi, 02 août 2009 à 19:43
  • Ravie... Je suis ravie que tu vois le cul de la bouteille... enfin! Et j'espère avoir la possibilité de te croiser un de ces jours, tant tu as un talent de conteuse et une compagnie agréable! J'ai tant apprendre!
    à bientôt

    Posté par Anne-Julie, 03 août 2009 à 10:47
  • Pti, your posts are always such a colorful and beautiful celebration of life. That foie de veau looks absolutely stunning; is it breaded and pan-fried, or roasted?

    Posté par ulterior epicure, 09 août 2009 à 23:45
  • Thanks UE. The foie de veau was breaded and pan-fried in plenty of butter; it looks smaller than it actually was.

    Posté par Ptipois, 10 août 2009 à 09:32

Poster un commentaire