chez ptipois

It's only food, folks!

25 décembre 2010

Taotaoju (Canton) : c'est quoi, le "vrai" dim sum ?

ttj1

Taotaoju, 20-22 Di Shi Fu Lu, quartier de Liwan, Guangzhou. Ouvert tous les jours de 9 heures à 22 heures. Métro Huangsha ou Changshou Lu, tél. 020-81380951. Compter environ 40-50 RMB par personne. Spécialités : 200 variétés de dim sum, congees, soupes, fruits de mer.

Ouvert en 1880, rénové en 2000, Taotaoju est une institution cantonaise. Grand, bruyant, animé — comme des centaines d’autres dans la ville —, ce restaurant-maison de thé est apprécié depuis des générations pour la qualité de ses dim sum, yam cha en cantonais, littéralement “boire du thé” (et sous-entendu “et manger ce qui va avec”). Le décor est juste fonctionnel, sans être spartiate, mais on le remarque à peine. On est là pour s'asseoir, manger, boire, payer et sortir.

ttj2

Le dim sum, là où il apparaît en France (du moins dans sa version tendance), fait l’objet d’un malentendu croissant. La petitesse des portions laisse entendre que la cuisine doit se conformer à un idéal de délicatesse, voire de préciosité. C’est d’ailleurs un thème qu’ont choisi d’exploiter les nouvelles adresses parisiennes qui font dans le "dim sum concept" et le vendent comme objet de mode (j’y reviendrai après mon retour à Paris).

ttj3

Bien. Quand on est devant l'authentique, on peut comparer. La première idée fausse à s’envoler est celle de la petitesse des portions. Un panier ou une assiette de dim sum, ça se partage — ce jour-là, par exemple, à quatre. Mine de rien, c’est tout sauf précieux.

ttj4

En effet, délicatesse et préciosité rejoignent bientôt les petites portions au cimetière des idées inexactes. Voici ce qu'on nous apporta ce jour-là à table : tripes de bœuf braisées, pattes de poulet fondantes, travers de porc sur lit de pommes de terre, siu mai (dumplings ouverts) dodus, har gau (dumplings de crevettes) bien rebondis. C’est roboratif, nature, sans façons, chaud et réconfortant : bref, c'est cantonais, ce n'est pas de la cuisine éthérée. "Cuisine canaille" est le terme qui convient le mieux.

ttj5

Plan rapproché pour vous signaler un must absolu de ce restaurant, les délicieux malako vanillés (gâteaux levés cuits à la vapeur, les trois rouleaux jaune pâle au centre).

ttj6

Et comme dim sum ne veut pas nécessairement dire “panier vapeur” (il y a aussi des fritures, des braisages, de la pâtisserie, et des cuissons vapeur sans panier), nous craquons devant une belle assiette de cheung fun au bœuf (crêpes de riz roulées faites à la minute). Un de mes plats préférés : c'est tout en douceur, en soyeux, en saveur, c'est substantiel sans être lourd, c'est à l'extrême du comfort food.

cakes

Si les malako subtilement sucrés vous ont donné un petit goût de reviens-y, le complément de dessert est à deux pas. Comme on est dans l’ancien quartier de Liwan, vous n’aurez pas à aller loin pour trouver les gargotes et pâtisseries où déguster shuang pi nai (flan de lait double-peau) ou petits gâteaux feuilletés en forme de pêche ou de lapin. En fait, c’est juste en face.

(Post également archivé sur Ptipois, le guide.)

Posté par Ptipois à 11:11 - Restaurants et autres lieux de perdition - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

  • ça me donne faim

    Posté par sab, 25 décembre 2010 à 18:43
  • Ah oui, c'est vrai que le concept bouchée-vapeur-truc-mignon est un vrai contre-sens.

    Je suis entre autres un fan absolu des pattes de poulet (et de canard, c'est top aussi mais encore plus surprenant pour les convives non avertis), je passe des deals incroyables avec mon volailler )

    Posté par Patrick CdM, 27 décembre 2010 à 17:14
  • j'adore les "cheung" fun"!!!! Avec un fort penchant pour ceux aux crevettes mais au bœuf ou au porc, c'est bon aussi! (^_^)

    Posté par ny, 28 décembre 2010 à 21:14
  • Merci !
    Tout comme Patrick, j'adore les pattes de canard. Mais mon cœur balance aussi entre les har gau et les cheung fun (dont je découvre le nom).
    Tu me donnes des envies de voyages (gourmands)

    Posté par Virginie, 31 décembre 2010 à 14:22
  • Dans la cuisine "chinoise", ce sont bien ces vapeurs qui m'attire le plus et que je préfère. Hélas, rares sont ceux qui méritent en France qu'on s'y intéresse ! Je me doute bien que, sur place, j'y trouverais mon bonheur...
    As-tu des adresses à Paris, Sophie, où il serait possible de se régaler d'une aussi belle variété de dim-sum ?
    Tout ça, quand même quand j'y pense, c'est un peu d'la faute du coq en Pat' ! A m'entraîner dans son bouge coréen, il m'est venu des terribles envies de cuisine d'Asie. Je m'y mets, ou en tout cas je fais genre, mais je recherche surtout quelques bons restaurants qui serviraient des plats authentiques. Pas fastoche (en même temps, j'y connais pas grand chose).

    Posté par Tit', 08 janvier 2011 à 00:36
  • Tricotin, avenue de Choisy et (grâce à la gentillesse d'une commentatrice sur un autre post) Wen Zhou, rue de Belleville, l'enseigne bordeaux en montant. Non encore testé.

    Posté par Ptipois, 17 janvier 2011 à 19:35
  • Bien noté ! Sais-tu s'ils y font de la vente à emporter ? Je vais tacher d'aller y faire un tour dans les prochaines semaines...

    Posté par Tit', 25 janvier 2011 à 00:13
  • Si tu vas à Canton, fais-moi signe avant, je te donnerai des bonnes adresses !

    Posté par Ptipois, 25 janvier 2011 à 00:31
  • C'est l'agonie même de regarder les photos…
    Mon dimsum préféré est le ravioli moitié-soupe (半湯餃 Ban Tang Jiao en Mandarin, Boune Tong Gao en Cantonais), qu'on ne trouve pas à Paris. (Un plat avec le même nom se trouvait sur la carte chez Tcha, mais pas la même chose, hélas…)

    Posté par Parigi, 13 février 2011 à 11:24
  • Tit' : j'avais mal compris ton propos, c'est dans les restaurants de Belleville que tu comptais aller. La vente à emporter : les dim sum vapeur, une fois cuits, ne se gardent pas longtemps. Il vaut mieux emporter autre chose.

    Parigi : quelle est la différence entre ban tang jiao, le ravioli moitié-soupe, et le xiao long bao de Shanghai, que l'on appelle souvent en anglais "soup dumpling" ?

    Posté par Ptipois, 26 février 2011 à 22:40
  • Je suis complètement d'accord avec les commentaires que tu as laissés chez FRG.
    Les photos que tu nous montres ici correspondent exactement à l'image qu'on se fait des "vrais" dim sum, lesquels ne seraient pas complets sans les char siu baau/sou, fritures, pattes de poulet, cheung fun et autres... et le bo lei qui les accompagne.
    (Ca fait une éternité que je n'ai pas mangé de malako...)

    Posté par Mingou, 29 mars 2011 à 16:52
  • Pti, ma réponse est d'un mois en retard !
    "Ban Tang Jiao" est un gro ravioli servi dans un petit bol. Une bonne partie de ce "jiao" (ravioli) est la Tang (soupe). Tu brise le Jiao avec ton cuillère et tout de suite c'est une soupe devant toi.
    Xiao Long Bao - le bon - doit être très "soupy", certes, et on doit toujours le manger en s'habillant sale, puisque ça éclabousse partout. Mais ça reste plutôt un ravioli que soupe.
    Je n' ai jamais vu Ban Tang Jiao - du vrai - à Paris. Il fut un temps Tcha servait une version végétarienne. Pour moi, s'il n'y a pas d'aileron de requin, c'est du "chili con carne without meat".

    Posté par Parigi, 30 mars 2011 à 14:19

Poster un commentaire