chez ptipois

It's only food, folks!

22 février 2014

L'art délicat du grignotage

chou-wabbit

Ce soir vers 17 heures, nous sommes censés manger les meilleurs sushi du monde, donc normalement nous devrions avoir passé la nuit et la matinée en jeûne et en prière. Oui mais je t'en fiche : après un petit déjeuner multidirectionnel (œufs brouillés bacon saucisse + congee aux algues salées + croissants + fruits), Kyoko propose une balade dans Ginza à la recherche d'un boîtier photo à prix copain. Formidable, me dis-je, au moins je ne serai pas tentée de manger. Et voilà le travail : premier arrêt, un magasin de choux. Rose, framboise, oreilles de lapin en chocolat blanc, et message universel : Happy Sweets. Nous partageons. C'est léger, peu sucré, subtil, c'est bon.

anpan

Puisque nous passons devant Kimuraya, Kyoko propose d'acheter des anpan, petites brioches fourrées à base d'un levain aux ferments de riz qui leur donne un goût très spécial, comme alcoolisé. Je choisis un anpan fourré d'une épaisse gelée d'abricot, c'est remarquable. 

melons

Bien sûr, impossible de louper les melons à 12 600 yen (pas loin de 100 euros).

Voilà, autant le reconnaître, toute résistance est inutile. Et tout peut être un art, y compris le grignotage. Nulle part ailleurs qu'en Asie cette vérité n'est mieux comprise et nulle part ailleurs en Asie qu'au Japon. Ça prend même parfois des allures de trollage (voir dernière photo). Je n'ai pas acheté le GX7 convoité pour cause de menus uniquement en japonais. Un peu déçue, j'entre (sur invitation de Kyoko) dans le grand Muji de Yurakucho, parce qu'il y a un rayon épicerie paraît-il épatant. Juste pour voir, rien acheter, évidemment. Au bout d'un quart d'heure je m'aperçois que je suis en train de dévaliser Muji et je décide qu'on s'arrête là. Mais tout de même, encore un sachet, le petit, là, les cookies fraise-vanille qui sont si mignons.

cookies

 Il faut bien céder à quelques tentations dans la vie, on ne peut pas rester éternellement vertueux. La vie est faite de flux et de reflux, d'ombres et de lumières, de contrastes. Pas vrai ? La spirale incessante de la vie, représentée opportunément par les petits cookies fraise-vanille. C'est d'ailleurs pour ça que je les ai achetés. Si, si !

 plumcracker

Le printemps approche, tout est en mode fleur de cerisier ou fleur de prunier. Ces crackers de riz à la prune sont excellents, légèrement salés et floraux.

squid

Ça, ce sont des filaments de calmar séché et ça vient de me faire le déjeuner de midi, arrosé d'une gorgée de saké au yuzu et de saké à la prune (ci-dessous).

flavored sakes

kelp

Même les lamelles de kombu séché et salé se mettent en mode prune.

daifuku

Petits daifuku mochi trop chugnux à la fleur de cerisier.

drycod

J'ai gardé le meilleur et le plus WTF pour la fin : des snacks de morue séchée au mascarpone. On pourrait continuer longtemps comme ça. Mais à un moment donné il faut savoir se maîtriser.

 

Posté par Ptipois à 07:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Excellent ! Chanceuses )))

    Posté par Brigitte, 22 février 2014 à 09:25
  • Vive le grignotage

    Je dis toujours qu'il ne faut pas aller au restaurant l'estomac vide ! C'est le meilleur moyen, pour avoir trop faim (mal au ventre), se ruer sur le pain et le beurre (quoiqu'au Japon, il n'y a pas trop de risque), manger trop vite les entrées ou les premiers plats, sans les apprécier... Alors qu'en allant au resto avec une faim raisonnable, on rentre dans la danse doucement.

    Alors ces meilleurs sushi du monde ? Jiro, Saito, Sawada ? Ou une perle inconnue dégotée par délit d'initié ?

    Posté par T. Tilash, 22 février 2014 à 13:58

Poster un commentaire