chez ptipois

It's only food, folks!

21 décembre 2014

Quelques messages de Canton

annonces

Ça commence avec une jolie image, des annonces collées sur la palissade d'un chantier de construction à Panyu. Le message ici est que la beauté, c'est une question de cadrage.

bread

Ici, le message est boulanger. L'emballage d'une miche de pain vous rappelle aux choses essentielles de la vie. Quoi qu'il enveloppe, le packaging asiatique est souvent bavard voire philosophe. Et parfois, en anglais, on cherche un peu le sens.

littleteapots1

L'autre jour, au marché au thé, j'ai acheté des petites, toutes petites, vraiment toutes petites théières. Pourquoi ? Pas besoin d'excuse, parce qu'elles font du thé comme les autres, même si c'est trois gouttes. La pierre est mouillée parce que nous sommes en train de "sentir" les théières que nous achetons en les remplissant d'eau chaude. L'odeur nous renseigne sur la qualité de l'argile. Vous ne pouvez pas vous faire une idée très exacte de la taille de ces théières, mais les images suivantes seront plus parlantes.

littleteapots2

littleteapots3

Aspersion des théières à l'eau chaude pour "réveiller" la terre. Vous voyez un peu mieux l'échelle.

littleteapots4

J'ai aussi acheté deux théières de taille plus raisonnable On mesure la dimension en nombre de tasses : les deux petites sont "une tasse" (et encore), la moyenne deux tasses, et les deux autres quatre ou cinq tasses. La pin zi ni (en haut à gauche) n'est pas pour moi, elle part pour le Canada.

pouringwater

Le thé imprègne toute la vie quotidienne. Avant nos courses au marché au thé, nous passons manger un morceau dans un petit restaurant de dim sum tout proche de la maison. Dim sum = yam cha = boire du thé ; le dim sum c'est l'art de manger en buvant du thé. Alors, comme il faut s'y attendre, tout est prévu pour que les convives puissent préparer leur thé eux-mêmes.

teapots

Nous trouvons donc sur chaque table un plateau à thé, une arrivée d'eau avec un robinet, une bouilloire sur une plaque à induction et une théière de verre à filtre intérieur. Le centre de la table est occupé par une autre plaque à induction, pour les fondues. Mais c'est le matin, le week-end, le temps du yam cha, alors pour nous c'est yam cha à donf. D'ailleurs, le serveur vient de déposer trois sachets de thé rouge sur notre table.

cheung fun

Je n'ai pas tout photographié parce que les mets disparaissent presque aussi vite qu'ils arrivent. Nous avons commandé des cheung fun au bœuf et des cheung fun aux crevettes (sur la photo, les cheung fun au bœuf), des dumplings aux légumes, et pour Jing et moi, du congee. J'ai choisi le congee au foie de porc et aux légumes verts. Nous le dégustons avec des you tiao (à droite sur la photo), des beignets croustillants, et des miettes de petites crêpes frites qui donnent une texture au congee (c'est mignon mais ça fond tout de suite, il faut manger vite pour avoir un peu de croquant. C'est comme certains croûtons dans la soupe de poisson, je ne nomme personne...).

malagao

Le mieux, c'était le ma la gao, le gâteau à la vapeur. Léger, nuageux, riche et savoureux, c'est le meilleur que j'aie mangé ici depuis celui du Tao Tao Ju. Regardez-moi ces alvéoles.

dancong

Hop, retour au marché au thé. Ici chez le producteur de thés Feng Huang dan cong. J'adore ces grandes boîtes en acier.

lapsang

Petit saut chez le producteur des monts Wu Yi. Je décide d'essayer leur zheng shen xiao zong (lapsang souchong), un thé que je rapporte trop rarement de Canton — et pourtant la version de Wu Yi est la seule authentique — et l'on me fait déguster deux qualités. La qualité supérieure est d'une grande finesse, mais pour le coup je préfère la qualité de grade légèrement inférieur, qui a un peu plus de corps tout en gardant beaucoup de délicatesse et de parfum.

lapsang2

Je demande une boîte en métal pour le thé oolong (qui partira dans un colis) et je me recharge en lapsang. J'aime aussi le rouge des boîtes et des sachets. Le vrai lapsang souchong n'est pas fortement fumé, comme la plupart des ersatz qu'on vend sous cette appellation. Il est long en bouche, chaleureux, délicat, avec ce parfum de "feu de bois" qui persiste.

tea

Et c'est aussi au marché au thé que je consulte mon excellent médecin depuis plusieurs années. Voici comment se passe toujours la consultation : le docteur me fait du thé. Il prend mes pouls, me tâte le bas des jambes, me fait tirer la langue, m'engueule doucement parce que je ne viens pas assez souvent ("Si tu t'installais ici pendant six mois, j'aurais le temps de te guérir !" — Les médecins, ça croit toujours que c'est facile), rédige mon ordonnance d'herbes médicinales (qui puent mais qui agissent), explique à Jing les détails, qu'elle me traduit, et puis mon médecin me refait du thé. Le thé imprègne ici toute la vie, vous l'avais-je dit ?

Posté par Ptipois à 04:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire